L'apparition du web a totalement modifié la donne dans le monde des médias.

Antoinette Fouque


Antoinette Fouque

Elle inaugure une première librairie du côté de Saint-Germain-des-Prés à Paris, où elle vend les ouvrages écrits par des femmes. C'est en fréquentant les cercles littéraires que, Antoinette Fouque (consultez ce site) s'aperçoit combien les femmes occupent peu de place dans le secteur de l’édition. Le public a connu de multiples écrivains grâce à la maison d’édition de la militante du droit des femmes, qui propose plus de 600 livres dédiés à la réflexion féminine. Par le biais de sa société d'édition, Antoinette Fouque défend la création féminine.

Antoinette Fouque étudie en premier lieu dans les Bouches-du-Rhône avant de choisir Paris pour ses études de Lettres. La Marseillaise est encore en faculté lorsqu'elle rencontre son mari. Cette grande militante a vu le jour à Marseille. C'est dans la cité phocéenne qu'elle passe une enfance paisible. Antoinette Fouque a de qui tenir puisque son père était un militant syndicaliste.

Antoinette Fouque, la mère de la féminologie

Elle est à l'initiative de l'ouvrage "Le dictionnaire universelle des créatrices", qui rend hommage à toutes celles qui ont été écartées de l'Histoire depuis quarante siècles. Antoinette Fouque se démarque de l'essayiste Simone de Beauvoir et ce que cette dernière avance dans "Le deuxième sexe". Antoinette Fouque déteste les "-isme", qui réfèrent à une théorie. Elle trouve dès lors le nom "féminologie".

Un chemin de l'enseignement à la psychanalyse

En 1972 à la fac de Vincennes, Antoinette Fouque prend part à une UV sauvage au sujet de la sexualité féminine sous la houlette de la psychanalyste Luce Irigaray. Le groupe baptisé Psychanalyse et Politique, courant fondateur du Mouvement de libération des femmes, a été fondé par cette femme. Dans les années 60, Antoinette Fouque fait la connaissance de Jacques Lacan, réputé psychanalyste.

L'Alliance des Femmes pour la Démocratie : l'engagement politique d'Antoinette Fouque

Antoinette Fouque est députée au parlement européen durant cinq ans, elle s'était présentée sur la liste du MRG. L'AFD créée par la militante est encore dynamique de nos jours et soutient la gauche, relais du combat pour les droits des femmes.. En ce début de XXIe siècle, les droits des femmes se trouvent toujours menacés et l'AFD (Alliance des Femmes pour la Démocratie) se bat pour endiguer la poussée de tous les extrémismes. A Strasbourg, Antoinette Fouque est vice-présidente de la commission des droits de la femme.